Quelle position un manager doit-il choisir vis à vis de ses collaborateurs entre la position haute et basse?

Position haute et basse

Que faut-il en penser?

Position haute / Position basse

La position haute est la position de celui qui exerce le pouvoir, qui donne des ordres ou bien une personne qui cherche à persuader l’autre. À l’inverse, la position basse est celle de la personne qui ne sait pas, qui ne comprend pas, qui écoute, qui se tait. Une des deux positions serait plus risquée et l’autre plus confortable…

La position haute est la plus fragile, car dans cette position nous prenons le risque de nous tromper. Alors que si je ne sais pas, par principe, je ne peux pas me tromper!  Il existe une fausse position basse qui serait de chercher par ce moyen à tirer les ficelles.
Dans le dialogue, les deux personnages sont chacun dans une fausse position basse.

Alors un manager doit-il être en position haute ou en position basse?

Une première réponse est liée à l’image en général que nous avons d’un manager : celui qui sait, qui va de l’avant. Évidemment dit comme cela, la position haute est la plus adaptée. Alors une première question serait : qu’attendons-nous qu’un manager sache faire? Et subtilement, cela peut être différent d’une entreprise à l’autre, même si dans les grandes lignes c’est de la même chose!

Mission

Sur le cadre de ses missions, les règles de fonctionnement, la direction à prendre, la stratégie, la définition des projets, les résultats à obtenir, dans tous ces cas le manager accentue sa position haute, il détient et affirme son pouvoir, il reste ferme.

Contenu

Sur le contenu pour favoriser la participation, l’implication, la créativité, la responsabilisation et l’autonomie de ses collaborateurs, le manager adopte une position basse. Il fait en sorte que les autres s’expriment et se mettent en avant (en position haute), quitte à reprendre les rênes pour arbitrer ou décider.

Lien avec l’autonomie

Adopter une position haute ou basse dépend de l’autonomie du collaborateur

La position à adopter par le manager, est aussi liée au cycle d’autonomie et au stade dans lequel se trouve son collaborateur. Avec cette lecture, le manager peut adapter sa posture.

1Dépendance Une position haute pour guider le collaborateur 4Interdépendance Une position basse pour favoriser l’expression, l’échange, la confiance et une position haute sur le processus.
2Contre Dépendance Une position basse pour lui permettre d’acquérir son propre avis et développer sa capacité d’initiative 3Indépendance Une position basse vis à vis de la mission du collaborateur et une position haute quand il doit rendre compte.
Respecter l’autre et se respecter

Comprendre la bonne posture à adopter, c’est un premier pas. Connaître les bénéfices secondaires dans les deux cas, c’est faire un choix en conscience. Il arrive que dans une relation chacun cherche à être le plus fort ou bien encore le plus fragile. Cela veut dire que chacun adopte la même position haute ou basse. La relation devient rapidement stérile. C’est ce qui va arriver si un manager reste en position haute avec des experts par exemple dans son domaine de compétence!

Pour sortir de cette escalade, le plus simple est que chacun fasse un pas l’un vers l’autre.

2 Comments

  1. COUPRY Xavier10-16-2013

    Je vois effectivement le manager comme une personne capable de faire progresser en permanence son équipe et les équipiers. J’ajoute qu’un manager doit pouvoir donner envie aux équipiers de s’engager dans le travail quotidien. La position basse doit pour moi être la règle quand on s’adresse à l’équipier dans ses compétences (sinon pourquoi est-il là ???).
    Avec l’âge… Je me rends compte que la position haute devient naturelle pour le champ de compétence du manager (l’organisation de l’équipe, les relations externes…). Enfin, je fais l’expérience en ce moment de la plus grande simplicité des relations en TPE !

  2. Thierry RENE10-16-2013

    C’est aussi une question de pouvoir. En tant que patron, j’ai le pouvoir de n’être qu’en position haute – plus dans style directif alors – ceci au détriment du développement de ceux qui travaillent avec moi. En tant que collaborateur, je n’ai pas toujours le droit d’opter pour une position haute. Je peux aussi me l’interdire, avec en filigrane l’estime que l’on me porte ou que je me porte…

Faisons connaissance

Les champs suivis d'un astérisque (*) sont obligatoires :